Lourmarin
Site internet de la Mairie
04 90 68 04 13 France
 

Actualités


"L'Oreille de Van Gogh : rapport d'enquête"
Samedi 18 novembre 2017 à 15 h, l'Association des Amis de Lourmarin propose une conférence sur : « L'Oreille de Van Gogh : rapport d'enquête » par Bernadette Murphy, historienne

Lire l'article

Face à son histoire


L'article suivant décrit  les différentes périodes historiques du village, sa géographie privilégiée ainsi que l'origine du nom de « Lourmarin ». L'histoire du village peut être découpée en 9 grandes phases:   
 - un oppidum préhistorique: « castel Sarrazin »
- une nécropole du néolithique: « Les Lauzières »
 - une implantation romaine
 - l'arrivée d'une puissante famille à la fin du moyen Âge
- la construction du château, un chef d'œuvre de la Renaissance
- la Terrible « Peste » de 1720
- le début du mouvement économique
- du XIXème siècle à nos jours.


Une géographie privilégiée


En arrière du Château de Lourmarin, s’ouvre une trouée historique, qui fait communiquer la vallée de la Durance avec celle du Calavon d’Apt, en traversant le Luberon par un étroit défilé bordé de rocs escarpés et de falaises à pic, entre lesquels s’écoule, paisible, l’Aiguebrun, dont les réveils apparaissent parfois mouvementés. A l’entrée de la gorge, existait un castrum antérieur à l’époque romaine et situé non loin de Castelsarrasin, où l’on sait que l’occupation arabe a duré près de deux siècles. La formation géologique du massif est assez complexe. Nous avons un anticlinal (pli dont la convexité est tournée vers le haut) versé vers le nord, dont la carapace est constitué de différents calcaires (hauteriviens et barrémiens). Le versant est marqué par un héritage jurassique (système du mésozoïque qui équivaut à l’ère secondaire, entre le Trias et le Crétacé, c’est à dire de –205 à –135 millions d’années). L’ensemble constitué par le système montagneux, apparaît comme un pli fossile miocène exhumé de la molasse à une époque plus récente. Le travail de l’érosion est plus marqué sur les sommets que sur les versants. Parfois même, des ravins comme la cluse de Bonnieux apparaissent comme antérieurs au remblaiement des
vallées par les eaux. Ils proviennent sans aucun doute de cassures plus anciennes que celles creusées par les torrents, comme les gorges du Régalon.


L'origine du nom de "Lourmarin"


Le Docteur Jacquême, dans son Histoire de Cadenet de 1920, suppose que le surnom de Laurus, souvent attribué aux soldats romains, a pu être le nom du premier possesseur de terres, allant de Pertuis jusqu’à Mérindol. On pourrait alors considérer que Lauris, Lourmarin, Villelaure, auraient la même étymologie. Monsieur R. Bailly, dans son Dictionnaire des communes du Vaucluse, paru en 1961, pense que « Lourmarin fut habité dès le Néolithique.
L’occupation romaine y est attestée sans qu’il soit possible d’en préciser l’importance. La plus ancienne mention de Lourmarin est « Luzmari », d’après une charte de 1075. On trouve par la suite « Lucemarino » en 1165, et « Lourmarin » en 1189. »


Un oppidum protohistorique : "castel Sarrazin"


L’histoire permet de mentionner que depuis le Xe siècle avant notre ère, des peuples d’origines Indo-Européenne traversèrent l’Europe et s’infiltrèrent peu à peu en Provence, où ils se fixèrent, véhiculant avec eux les principes d’une civilisation bien plus avancée, l’emploi des poteries, des métaux. Ils pratiquèrent l’élevage des bestiaux, le défrichement des landes et la culture des céréales. Situé à l’entrée, sur la gauche de la combe de Lourmarin, séparé du Luberon par ce que l’on appelle la combe du Bon Dieu le visiteur découvrira un semblant de muraille perché sur les hauteurs. Il s’agit en fait d’un oppidum protohistorique qui domine l’Aiguebrun dans sa partie haute. Il est limité dans sa partie supérieure par une falaise relativement abrupte et un double rempart longeant la combe du Bon Dieu. La fortification du site est visible du flanc nord-ouest jusques dans sa partie située au sud-ouest.
Des spécialistes auraient découvert sur ce site un abondant mobilier archéologique (tessons de céramiques) remontant à l’âge du Fer. Dans le prolongement de cette maçonnerie imposante, on note la trace de deux murs en pierre (séparés l’un de l’un de l’autre par une quinzaine de mètres environ) qui dateraient du Haut Moyen Age.


Une nécropole du néolithique : "Les Lauzières"


Des restes de murailles visibles sur une crête au sommet d’un plateau dominant la Combe de Lourmarin, on découvre une nécropole remontant au Néolithique final/Chalcolithique surnommé les Lauzières. Localisé à environ 1,6 km au nord-ouest de Lourmarin sur le versant sud du Luberon, le site des Lauzières, est en bordure de l’Aiguebrun. Des fouilles réalisées entre 1976 et 1982 ont mis au jour un important mobilier remontant au néolithique ainsi que des vestiges attestant de la présence d’une nécropole datant du Bronze final (ossements d’origine humaine, céramiques et bronzes). Pas moins de quatorze bracelets de bronze de section en plan convexe (section entre 174 et 187mm) ont été découverts sur le site.


Une implantation romaine à Lourmarin


Dès leur arrivée, de nombreux Romains s’établirent militairement sur des postes jadis occupés par leurs prédécesseurs (Château Sarrazin, la Roche…). On retrouve d’ailleurs dans les ruines laissées par ces forteresses des traces indubitables de constructions romaines passées. De ces aires surélevées, ils exerçaient une surveillance étroite du défilé de la Combe, cette route tant fréquentée qui mène à la vallée de la Durance à celle du Calavon, à travers le Luberon. La sécurité assurée par les Romains fut si efficace, qu’elle engagea de nombreux colons (en provenance notamment d’Italie) à venir s’installer dans la plaine qui va du Luberon à la Durance. Fermes, villas, tombeaux, bas-reliefs et inscriptions soulignent l’importance de ces lieux colonisés par les romains. Vers le VIIe siècle, l’invasion sarrasine venue d’Espagne chassa les Romains hors de Lourmarin et de la Provence. Cette invasion se caractérisa d’ailleurs par de nombreuses ruines et destructions qui amenèrent la désolation et l’abandon.


L'arrivée d'une puissante famille à la fin du Moyen Âge"


Connaître les propriétaires de Lourmarin avant le XIV ième siècle pose quelques difficultés. On ne peut que se fier aux ruines dispersées du côté du Levant de l’ancien Château, dont on sait qu’il fut établi en ces lieux pour défendre l’accès de la Combe, probablement au XIème siècle. Le titre de seigneur de Lourmarin était porté dans la branche des « comtes de Forcalquier par la grâce de Dieu », branche issue de Guillaume, fils de Giraud-Amic II et d’Alix (ou Adélaïs ) de Forcalquier. Alix était la sœur du dernier comte souverain de Forcalquier de la Maison d’Urgel. Ce comté regroupait la Durance, le Rhône, l’Isère et les Alpes ; Lourmarin devait en faire partie, malgré qu’une autre branche, celle des Sabran (celle de Rostain II) ait apporté en 1193 par mariage ce comté au comte de Provence. La branche qui en garda le nom conserva aussi quelques châteaux. Les Sabran-Forcalquier sont sans doute à l’origine de la tour à bossage édifiée du côté du Levant, sur des substructions romaines. Guillaume de Forcalquier, décédé en 1340, était seigneur de Lourmarin, de même que de Volx, Roquespeluque et Saint-Martin-de-Labrasque. Après lui ses deux fils : Jean et Gaucher hériteront des titres de leur père. Ce n’est que plus tard, vers 1385, qu’un cousin de ces derniers est appelé « seigneur de Lourmarin » : il s’agit de Raynier de Sabran Mondragon, co-seigneur de Caumont et de Robion, descendant d’un autre fils de Giraud-Amic II et d’Alix de Forcalquier.
Lourmarin et la Tour d’Aigues vont progressivement connaître avec les Agoult leurs premières heures de gloires. D’abord princes d’Apt dés le Xème siècle, plusieurs fois investis par les empereurs de la baronnie de Sault, les Agoult possédaient d’immenses territoires dans la région d’Apt et de Cavaillon. Dés 1400, la branche aînée, qui avait rempli les plus hautes charges à la cour des Comtes de Provence, s’éteignit en la personne de Raymond III d’Agoult, baron de Sault, vicomte de Reillane, comte de Geraci, sénéchal et grand amiral de Provence. Son épouse, Béatrix d’Agoult, dernière représentante d’une branche cadette, celle des seigneurs de Trets et Forcalqueiret, lui avait apporté en dot de très nombreux châteaux (Cipières, Roussilon, Rians…). Les titres ainsi que les terres de Raymond III, passèrent à son cousin germain Foulques d’Agoult, seigneur de Barret, qui était devenu son gendre en 1394. Celui-ci n’eut qu’un fils, qui mourut sans postérité après avoir testé en faveur de Foulques III, son cousin germain (1461).


La construction du château : un chef d'œuvre de la Renaissance


Foulques III devint donc baron de Sault, seigneur du Barret et de la Tour d’Aigues (les seigneurs de la Tour d’Aigues avaient testés en faveur de Foulques d’Agoult, père de Raymond III dés 1366), et de beaucoup d’autres lieux. Le village de Lourmarin doit son existence à Foulques III d’Agoult, qui va faire venir dans les années 1470, une colonie de Vaudois venant du Piémont qui s’installera dans le village définitivement. C’est en 1475, que Foulques III fait construire le « Château-Vieux », côté nord avec une petite tour polygonale surmontée de créneaux. Foulques III (qui était le chambellan et l’ami personnel du roi René), décédera en 1492 à la Tour d’Aigues. Il laissera un héritage à son neveu Raymond d’Agoult, qui était seigneur de Cipières. Ce dernier devient baron de Sault et seigneur de la Tour d’Aigues, mais pas de Lourmarin. Le filleul de Foulques III ne fut pas oublié. En effet, Foulquet Vincens se vit remettre Lourmarin, ainsi qu’une partie de Rognes (le 23 mai 1478, devant notaire), à la condition que ce dernier porte le nom et les armes d’Agoult. Mais, le 20 mai 1511, une transaction est passée entre Foulquet Vincens et les neveux de Foulques III : Foulquet renonce alors à Lourmarin.
Raymond d’Agoult, mort depuis 1503, n’avait aucun descendant. Seules ses deux sœurs, Louise et Jeanne, s’étaient partagé les biens de ce dernier. Louise s’était d’ailleurs mariée dès 1500, avec Claude-Antoine Artaud d’Aix de Montauban, une des plus puissante famille du Bas-Dauphiné. Ce personnage devint à son mariage, baron de Sault et seigneur de Lourmarin, mais il décéda en 1539. Il laissera à Louise le soin d’administrer l’héritage de son fils unique Louis Artaud. Une tâche qu’elle réalisa avec intelligence et grand cœur. Elle envoya son fils au roi François 1er, qui devint son « enfant d’honneur », et obtint de ce dernier la permission de léguer à son fils les armes et les biens des Agoult.
Mais elle s’occupa également, avec brio, du village fondé par son oncle : le 28 avril 1523, elle passa avec les Vaudois, habitants de Lourmarin, une convention verbale consacrant l’institution municipale de cette communauté. C’est à cette même époque que le château reçut la tour octogone du Couchant.
C’est une période de grande prospérité qui va s’ouvrir pour les Agoult. Son illustre représentante, Anne-Blanche de Lévis Ventadour (qui s’était mariée, sous le patronage du roi François 1er en 1527 à Louis Artaud de Montauban), va s’atteler à rebâtir un Lourmarin selon ses goûts fastueux. Elle fera alors appel aux plus grands maçons italiens pour construire l’édifice Renaissance que nous connaissons sous le nom de Château-Neuf, et auquel elle y adjoindra dans les années 1539 à 1542, un superbe escalier à double torsade.

chateau


Les guerres de religion


Si dès 1536, c’est avec un courage immense qu’elle affronte les invasions de Charles Quint, en 1541, elle doit faire face à un Jean Maynier, baron d’Oppède, qui va incendier le village de Lourmarin, devenu alors protestant. En 1545, elle ramènera les paysans à l’obéissance royale… Son fils, François Artaud qui habita Lourmarin après avoir passé sa jeunesse à la Cour de France, obtiendra le gouvernement du Lyonnais. Il devra cependant très vite faire face aux difficultés dues à son rattachement à la cause calviniste. En 1562, il défend le Château contre les catholiques du chevalier d’Ansouis, mais il mourra 5 ans plus tard, sans qu’il ne puisse voir les calvinistes reprendre le village. Après la mort de ce dernier, son fils, François-Louis Artaud, (malgré l’héritage qu’avait fait rentré sa mère, Jeanne de Vesc) contraindra les protestants à fuir de Lourmarin, puis refoula plus tard les calvinistes commandés par les Lesdiguières, avant de trouver la mort à Sisteron en 1586. La fin de ce XVIe siècle, à partir de 1575, fut troublée par des luttes incessantes entre des bandes de catholiques et des protestants. Sous prétexte de religion, ces bandes avaient avant tout pour objectif de s’emparer du bien d’autrui. Les catholiques étaient conduits par le Comte de Carcès, d’où leur nom de Carcistes. Un lieutenant de Carcès s’emparera de Lourmarin par surprise. Mais il en sera très vite chassé après avoir mis quelques jours le siège devant un groupe de religionnaires. Les meurtrières pratiquées dans l’une des tours, principalement datent probablement de cette époque.


La Terrible "Peste" de 1720


L’horreur de la Peste de 1720 dépassa de loin celle précédente de 1348 ; les témoignages laissés par les historiens nous en ont d’ailleurs dépeint de tristes tableaux. En 1347-48, on dénombre à près d’un tiers de la population, le nombre de victime ayant souffert de l’épidémie. Alors le soupçon de peste s’est accru au fil des ans (il a laissé à ce sujet de nombreuses traces à Lourmarin en 1630 et 1649). Nul voyageur ne pouvait se rendre au village sans être muni d’un billet. Lourmarin était cerclé de hautes murailles dont il ne demeure que peu de traces de leur emplacement primitif, si ce n’est le nom des portes percées dans cette dernière, et qui subsistent encore de nos jour sous leur appellation passée : Porte de la Cordière, de la Chapelle, de la Terrasse et des Moulins. Les édiles avaient ménagé auprès de chacune d’elles un logis, servant de corps de garde où se tenaient des veilleurs chargés du contrôle de la cortie ou de l’entrée des gens. Le seul moyen de préservation de la contagion était le feu. On brûlait après la maladie, tout ce qu’avait touché le malade. Dans les rues, on allumait de grands brasiers. On respirait du vinaigre. On essayait les remèdes les plus farfelus (un médecin aurait même tenté de faire croire à l’efficacité du sang de chat et est tombé frappé par le mal. Un autre préconisait des soins par l’urine humaine).
Le Préfet du département, en 1809, donnera des instructions précises pour éradiquer la Peste, en recommandant l’emploi du célèbre vaccin de Jenner.


Le début d'un renouveau économique


Même si la révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, a provoqué l’émigration d’un certain nombre de familles protestantes (cf : histoire de l’implantation des familles vaudoises, paragraphes suivants), de nouvelles industries manufacturières, artisanales, ou encore agricoles, virent le jour à Lourmarin. A l’aube de la Révolution de 1789, on comptait pas moins de 1600 habitants à Lourmarin, répartis en 220 familles de cultivateurs, 80 d’artisans, 27 de tisserands, 12 cordonniers, et des dizaines de commerçants et autres négociants. Lourmarin va résolument se tourner vers l’agriculture, avec près de 3100 parcelles (de quelques ares en moyenne), dont la plupart étaient cultivées à l’aide d’instruments à mains. Parmi les productions principales, on pouvait relever le blé et le seigle (cf. moulins à farine), les olives, deux moulins à huile, de la vigne, des mûres, et des vers à soie. Ces derniers produisaient près de 600 kg de fils, induisant des manufactures pour le tissage de la soie, jouxtant celles de la laine, du lin… Le Premier et le Deuxième Consul, ainsi que le Maire, son adjoint et le conseil municipal constitué de 12 membres ont non seulement assuré le fonctionnement administratif, mais également la bonne coexistence des deux communautés religieuses… Même le « Bureau de Santé », héritage de la redoutable peste de 1720, pris à sa charge les frais d’hospitalisation des plus démunis ; un témoignage indéniable de la volonté d’implication de Lourmarin dans le bien-être de ses administrés au cours du XVIIIe siècle. Pendant cette même période la propriété du château va des Lesdiguières, parvenir dans les mains d’un propriétaire d’une fabrique de soierie, un dénommé Pierre de Girard, au cours de l’année 1801. Dés 1810, le château sera revendu par les fils de Pierre de Girard, dont un certain Phillippe, prolifique et génial inventeur, entre autre d’une machine à filer le lin, dont il ne pourra jamais tirer profit, faute de financement. Il partira pour la Russie, ou le Tsar Alexandre lui confiera la fabrication d’une manufacture en Pologne, où ce dernier se retirera. Il sera l’un des enfants de Lourmarin le plus apprécié, durant ces deux derniers siècles.

 

carte postale


Du XIXe siècle à nos jours


Lourmarin connaît au XIXe siècle une période de prospérité économique (agricole et vinicole) « contenue ». Le village doit néanmoins se plier aux volontés révolutionnaires, puis napoléoniennes. On apprend que la population s’accroît ostensiblement, elle atteint même le chiffre de 1585 âmes pour l’année 1850. Mais cette prospérité providentielle a cependant son revers : on observe une insécurité croissante, qui touche autant les marchandises que les voyageurs. Les brigands et autres bandes organisées profitent alors de ce triste constat, en faisant régner la terreur dans les grottes et ravins du Luberon. Quant à l’année 1920, est un tournant pour Lourmarin et son superbe château Renaissance, car un homme, érudit Lyonnais, et de surcroît de grande fortune va bouleverser la vie du village, et la plonger vers une destinée prometteuse. Des hommes d’Etat tels que Raoul Dautry (ministre de la reconstruction d’après 1945) vont également apporter leur pierre à l’édifice Lourmarinois. Devenu Maire en 1945, il contribuera de manière sensible à l’effort de modernisation social et économique du village. Quant aux littérateurs et écrivains, le village se souvient encore de la présence d’Henri Bosco (auteur de « l’Enfant et la rivière » et du « Mas Théotime ») et d’Albert Camus (l’écrivain de « La Peste ») qui contribuèrent tous deux à faire connaître Lourmarin dans leurs écrits respectifs.