Lourmarin
Site internet de la Mairie
04 90 68 04 13 France
Notice: Undefined variable: reqCat in /home/sites/_classes_sites/Site_repertoiresManager.class.php on line 81 Notice: Undefined index: HTTP_REFERER in /home/sites/_controleurs/repertoire.php on line 48

Actualités


"L'Oreille de Van Gogh : rapport d'enquête"
Samedi 18 novembre 2017 à 15 h, l'Association des Amis de Lourmarin propose une conférence sur : « L'Oreille de Van Gogh : rapport d'enquête » par Bernadette Murphy, historienne

Lire l'article

Personnages


Né en 1913 à Mondovi en Algérie, dans le Constantinois, Albert Camus viendra à Lourmarin suivre les pas de son mentor et professeur de philosophie à Alger: Jean Grenier. Cette « terre de passage » deviendra rapidement une « terre de patrie », lorsqu’il y achètera une maison en 1958. C’est dans ce « pays solennel et austère malgré sa beauté bouleversante » que repose l’auteur de « La Peste » depuis 1960.

Cette grande dame de la littérature jeunesse, née à Millau dans l’Aveyron, a passé une grande partie de son enfance à voyager : Tunisie, Hollande puis les Etats-Unis où elle obtiendra un diplôme de littérature française de l’Université de Columbia (New-York).

Elle finira par s’installer à Lourmarin en 1964. Passionnée depuis sa plus tendre enfance par le lyrisme et la poésie (elle écrira souvent dans le plus grand secret), elle va progressivement se tourner vers la littérature jeunesse et écrire des romans pour sa fille. De ces textes emplis de poésie et d’onirisme on retiendra l’un des romans de Lourmarin, « Le Mistouflon », animal fabuleux à six pattes, à poils bleus et cornes jaunes, qui mange du tabac et boit de la picole.

De la terre avignonnaise où il vit le jour en 1888, Henri Bosco retiendra cet ancrage en terre provençale. Arrivé à Lourmarin en 1922 à l’appel de Robert Laurent-Vibert, il sentit le désir de s’implanter durablement dans ce "lieu propice  à l’amitié ". C’est à Lourmarin qu’il fera l’acquisition en 1947 d’une petite « bastide provençale », un « Bastidon » où il accueillera ses amis ainsi que les pensionnaires du Château dès 1955. Résidant entre 1955 et 1976 alternativement à la « Maison Rose » à Nice et à Lourmarin, c’est dans ce village, ce « bastion de la poésie » qu’il sera enterré en 1976.

Cette charmante cuisinière digne héritière de Ludovic Ollier racheta l’ancien « Hôtel de la Croix d’Or » en 1892 pour le transformer en auberge et restaurant. Elle a fait le bonheur des lourmarinois et également de Bosco et de Camus, en leur concoctant une cuisine méditerranéenne de premier choix. Souvent considérée comme une sorte de « mère poule » elle a tenu l’un des plus anciens établissements du village.